Scoliose idiopathique

Description

La scoliose idiopathique est une déformation tri-dimensionnelle de la colonne vertébrale qui survient en période de croissance. Touchant préférentiellement les filles (80% des cas), une prédisposition familiale (et donc par conséquent génétique) est fréquemment retrouvée. Le trouble de croissance de la colonne vertébrale entraine une torsion anormale de la colonne vertébrale et de ses structures adjacentes, notamment les côtes. Le diagnostic est clinique par la mise en évidence d’une gibbosité qui traduit l’asymétrie secondaire à la rotation des structures para-vertébrales. La sévérité de la scoliose peut s’apprécier par la mesure de l’angle de Cobb sur la radiographie du rachis de face bien que cet angle ne reflète que dans un seul plan la torsion de la colonne vertébrale. Le suivi des scolioses idiopathiques en période de croissance justifie la répétition d’examens cliniques et de stéréo-radiographies basse-dose du rachis tous les 4 à 6 mois.

Prise en charge

Les scolioses idiopathiques évolutives nécessites un traitement actif par corset durant la période de croissance du rachis, de l’enfance à la fin de l’adolescence. Les scoliose idiopathiques stables qui représentent 50 à 70% des cas ne nécessitent pas de traitement spécifique lorsque l’angle de Cobb reste modéré et inférieur à 30°. Dans les formes les plus sévères et faisant courir à l’âge adulte un risque de détérioration de la fonction respiratoire ou de vieillissement prématuré du rachis lombaire, un traitement chirurgical peut être proposé. Il consiste à redresser au maximum la colonne vertébrale et à la fixer en position corrigée en limitant au maximum l’enraidissement de la colonne nécessaire à sa correction.